La logistique consiste à mettre des produits à la disposition des consommateurs. Parmi les enjeux de la supply chain (fournisseurs, entreprise, clients) pour l’environnement, on trouve l’impact des transports. Mais ce n’est pas là le seul enjeu. On en trouve bien d’autres à toutes les étapes de cette chaîne. Quels sont-ils ?

  1. Une supply chain plus verte

Une gestion écologique de la chaîne logistique doit être mise en place pour réduire l’empreinte carbone, cela semble inévitable compte tenu de l’évolution des changements climatiques. D’autant que la législation l’imposera sans doute tôt ou tard. Autant s’y préparer. De nombreuses solutions existent déjà :

  • les transports alternatifs ou l’investissement dans des véhicules propres,
  • l’approvisionnement responsable,
  • la diminution de la consommation d’énergie par une gestion des flux plus efficaces. Des logiciels de gestion des stocks sont conçus spécialement pour cela.
  • la réduction des coûts d’exécution dans l’entrepôt… On peut par exemple optimiser l’espace par un magasin vertical de manière à fluidifier les déplacements.
  1. Une logistique collaborative

En mutualisant la logistique et les transports, on diminue son impact sur l’environnement. La logistique collaborative ne repose pas que sur l’échange de données, cela suppose de mettre en œuvre une véritable synergie interentreprises.

Pour cela, un système d’information certes complexe, mais efficace est indispensable pour obtenir une meilleure coordination et ainsi gagner en réactivité. Or une entreprise réactive est plus agile ! Elle devient plus flexible et capable de s’adapter du même coup à toutes les situations. Le partage d’informations entre fournisseurs et entreprises permettra aussi de réduire les stocks et l’impact environnemental. Les transports s’organisent aussi en plateformes collaboratives.

  1. Une logistique fiable

Les bonnes pratiques en matière de procédures, l’utilisation d’équipements sécuritaires pour la manutention et le transport sécurisé jusqu’aux portes de l’entrepôt contribuent au respect et à l’intégrité du produit. Il faut donc réduire le risque d’accident, de saisie, d’étiquetage, de préparation et de réception. En arrivant intact jusqu’au consommateur, l’impact du produit sur l’environnement est diminué. À l’inverse, un produit en fin de cycle doit pouvoir être recyclé au maximum. Les outils de suivi en temps réels des stocks et des flux sont d’une aide précieuse.

  1. Une formation à l’écoconduite

Si la tendance est à l’utilisation des énergies renouvelables, le tri et le recyclage des emballages, la logistique durable intègre désormais la formation des chauffeurs à une conduite plus responsable, moins énergivore et moins polluante.