No-Vox
Accueil du site > Membres du réseau > Togo : Réfugiés du camp d’Agamé

Togo : Réfugiés du camp d’Agamé

« 4 ans c’est de trop ! 4 ans c’est méchant ! 4 ans c’est inhumain ! 4 ans c’est cruel. 4 ans ce n’est pas 4 jours encore moins 4 mois. 4 ans sans statut ! 4 ans dans la misère, la précarité, l’incertitude, 4 ans c’est de trop. De combien de francs sommes-nous vendus en gros et par tête ? Qui nous a vendus, qui nous a achetés ? Qui a organisé cette vente aux enchères de l’humanité ? Bénin, terre d’accueil, d’hospitalité africaine, nous mourons sur ton territoire, perdus à Agamé dans un camp de concentration, une prison qui ne dit pas son nom. Que deviendrons nous, nous, nos femmes, nos maris, nos enfants sans statut de droit ni solution durable ? Excellence Yayi BONI1, au secours par l’amour du ciel. Nous sommes plus de 3232 au camp des réfugiés togolais d’Agamé condamnés à mort pour un crime que nous n’avons pas commis. Dr Yayi BONI, pourquoi tant de souffrance et d’amertume dans un pays démocratique, pourtant bel exemple en Afrique ? Hier marchandise prisée, aujourd’hui dévalorisée, abandonnée à elle-même, privée de toute forme d’assistance, quel malheur pour l’humanité vendue aux enchères de la politique politicienne transnationale ? 

Les réfugiéEs du camp d’Agamé

Articles de cette rubrique


No-Vox au Togo : Déclaration des populations de Bè (Togo : Réfugiés du camp d’Agamé)

samedi 4 mars 2017

Conférence de presse pour soutenir la population de Bè !



No-Vox Togo : repression très violente à Oti (Togo : Réfugiés du camp d’Agamé)

mardi 17 novembre 2015

DECLARATION DES RESSORTISANTS DE LA PREFECTURE DE L’OTI Suite aux drames des 6 et 7 novembre 2015 dus à la répression sanglante des force de l’ordre contre les populations de la préfecture de l’Oti, sorties massivement à Mango pour protester contre le projet de réhabilitation des aires protégés



Histoire et revendication des réfugiés d’Agamé (Togo : Réfugiés du camp d’Agamé)

mardi 16 juin 2009
Le 5 février 2005, après 37 ans à la tête du Togo sans partage et avec le soutien des différents gouvernements français successifs, le Président Eyadéma meurt. Deux mois plus tard, le 24 avril 2005, un simulacre d’élection est organisé, donnant vainqueur le fils du défunt, Faure Gnassingbé, à plus de 60% (...)


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 327951

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Membres du réseau  Suivre la vie du site Togo : Réfugiés du camp d’Agamé   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License