No-Vox

Victoire des paysans maliens sur l’entreprise chinoise COVEC !

vendredi 24 juin 2011

Les décisions importantes viennent d’êtres prises au profit de l’agriculture familiale :

Arrêt immédiat des travaux pour non respect des normes

Levée de la décision d’interdiction de cultiver la zone

Dédommagement des paysans dont les champs ont été déjà touchés par les travaux

*Données du problème*

- bornage en mai 2010 de 500 ha de terres des agriculteurs des villages de Fonsira Coura, Fonsira Coro, Sanga et YéLekébougou de la Commune rurale de Yékébougou, préfecture de Kati, aux fins d’exploitation de carrière par l’entreprise chinoise COVEC

- lesdits villages contactent l’UNION des Associations et des Coordinations d’Associations pour le Développement et la Défense des Droits des Démunis « UACDDDD » ou « UNION », le samedi 8 mai 2010 pour les aider à récupérer leurs terres de cultures ayant fait l’objet de bornage unilatéral par COVEC sans qu’ils en soient informés ou associés. L’UNION, membre du NO-VOX Mali, est un réseau de 93 organisations de mouvement de base de lutte, toutes victimes de l’injustice et du déni de droit

*Actions de pression des mouvements sociaux*

- *première mission de contact et de constat* de l’UNION sur le terrain le lundi 24 mai 2010, de 10 a 16 heures :

Ø visites de terrain avec les paysans victimes et constat des faits sur place : présence d‘engins lourds sur place, construction de maisons en cours par la société COVEC, présence de travailleurs chinois et d’équipement de géomètre sur place

Ø prise de contact avec les travailleurs chinois sur le terrain : ceux-ci nous ont suggéré de prendre contact avec leur Bureau central à Bamako, en particulier avec sa Directrice Mme Lee ; pour eux, toutes les conditions ont été remplies avant l’occupation du site ; l’interprète malien des chinois nous a conseillé de prendre contact avec les autorités maliennes

Ø retour du terrain au village de Sanga où sont rassemblés les représentants des 4 villages concernés : restitution de la mission de terrain et échanges avec les différents chefs de villages et les propriétaires terriens. Ces derniers ont confirmé avoir été contactés par une délégation conduite par le Maire de leur Commune rurale. Celui-ci avait expliqué qu’une portion de terre (une colline) sera mise à la disposition de COVEC par le Gouvernement, mais à leur grande surprise ce sont deux tiers de leurs terres cultivables qui ont été bornées par l’entreprise chinoise

Ø en conclusion de la réunion, l’ensemble des villages ont demandé fortement le soutien de l’UNION pour leur permettre de récupérer leurs terres qui constituent leur espace vital

- *deuxième mission* le mercredi 23 juin 2010 de 11 à 14 heures : arrivée à Fonsira Coro et échanges avec le chef de village, qui fut informé du résultat des enquêtes menées au niveau de la Direction de COVEC à Bamako, puis arrivée à Yékébougou, chez le Maire, accompagnés des représentants du chef de village. Exposé des faits, objet de notre visite, au Maire qui explique qu’une délégation de la préfecture de Kati accompagnée par des chinois sont venus le voir un jour pour l’informer que l’Etat malien a mis à la disposition de COVEC un espace dans sa Commune. En tant que Maire, il leur aurait dit toute sa surprise de voir cette expropriation s’opérer dans sa Commune sans son implication, mais se serait dit prêt à en informer les villages concernés. Nous avons demandé au Maire le sort réservé aux paysans victimes ; Il nous a répondu qu’il a demandé à COVEC de dédommager les paysans sans avoir reçu en retour jusqu’à présent une réponse favorable a cette demande. « Je ne suis qu’un simple Maire de Commune rurale, je n’ai pas assez de poids pour affronter les multinationales » a-t-il déclarée. Mais aujourd’hui, dit-il, « je suis content de voir une Association venir soutenir mes pauvres paysans et je suis prêt à vous accompagner dans cette lutte ».

- *réunion de l’UNION* le mercredi 23 juin 2010 : la cause des victimes de COVEC est à l’ordre du jour et est insérée au mémorandum de l’UNION après étude

- mardi 11 janvier 2011, *lettre de l’UNION N° 0073 au Gouverneur de Koulikoro et au Préfet de Kati* demandant l’arrêt immédiat des travaux de COVEC sur les terres des paysans ainsi que le dédommagement de ceux dont les champs ont été touchés par les interventions de COVEC

- mars 2011, *envoie par l’UNION au Président de la République d’un rapport auquel est joint le mémorandum sur l’état des résolutions des problèmes fonciers déposé auprès du Gouvernement*

- mercredi 09 mars 2011, *déposition de la lettre N° 0075 de l’UNION contenant une déclaration de marche, auprès du Gouverneur du District de Bamako*

- vendredi 11 mars 2011, *déposition de la lettre N° 0076 de l’UNION contenant une déclaration de marche pour le mardi 22 mars 2011 à Bamako et dans toutes les localités où se trouvent ses antennes à travers le territoire du Mali, auprès du Premier Ministre*

- vendredi 18 mars 2011, *le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales rencontre les délégués de l’UNION et s’engage à mettre en place une Commission ad hoc comprenant les représentants de 5 départements ministériels*, en plus des délégués de l’UNION. Cette commission a pour tâche d’examiner et de résoudre les revendications déposées par l’UNION auprès du Gouvernement

- vendredi 22 avril 2011, *signature de la Décision N° 0113/MATCL-SG portant création d’une Commission ad hoc par le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales*

- vendredi 29 avril 2011, réunion de la Commission ad hoc au *Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales (MATCL) * : prise de décision de mettre en place 2 sous-commissions dont une chargée des revendications du district de Bamako et l’autre de celles de l’intérieur du Mali.

- lundi 13 juin 2011, *mission sur le terrain à Yékébougou de la sous-commission chargée des problèmes de l’intérieur du Mali*, dans le cadre de ses activités : établissement de l’état des lieux ; visites de toutes les bornes implantées par l’entreprise COVEC, en présence de toutes les parties (UNION et paysans victimes, COVEC, Mairie, autres membres de la délégation) et évaluation des superficies déjà utilisées par l’entreprise COVEC

*Résultats obtenus*

- mardi 14 juin 2011, *convocation de la direction de COVEC par le Préfet de Kati, en présence du Représentant du Gouverneur de Koulikoro*

- *mercredi 15 juin 2011, les décisions importantes suivantes sont tombées :*

Ø *arrêt immédiat des travaux pour non respect des normes*

Ø *levée de la décision d’interdiction de cultiver la zone*

Ø *dédommagement des paysans dont les champs ont été déjà touchés par les travaux*

- lundi 20 juin 2011, *dédommagement à la préfecture de Kati des 4 paysans* dont les champs ont été touchés par les travaux de COVEC : Yaya dit Boua Konaré (2 ha), Moussa Traoré (3 ha), Mamourou Traoré (2,5 ha), Madou Traoré (1 ha).

Les paysans peuvent à présent vaquer à leurs occupations champêtres.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 327719

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mali   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License