No-Vox

Déclaration contre la privatisation de la filière coton de la CMDT

jeudi 31 juillet 2008

Le Gouvernement du Président Amadou Toumani Touré s’apprête à faire passer le projet de loi sur la privatisation de la CMDT (Compagnie malienne de développement textile.)

Sans se faire aucune illusion sur l’issu de ce vote, sous pression de la Banque mondiale, le Mouvement des Sans Voix entend faire connaître sa position à l’opinion publique malienne sur cette dérive de soumission du patrimoine CMDT à l’économie de prédation de la richesse d’autrui.

Les programmes de privatisations et de pseudo privatisations en marche dans notre pays depuis plus de deux décennies, ont engendré un nouveau esclavage.

Ce gros scandale de violation des droits humains nourri du processus du Cadre Stratégique de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (CSCRP) du trio Banque mondiale, FMI et OMC auquel s’inspire malheureusement le PDES (Programme de Développement Economique et Social).

Le Mouvement des Sans Voix, comme dans le passé s’est toujours opposé au processus de bradage systématique de nos sociétés et entreprises d’Etat, patrimoine de notre peuple, et moteur de notre développement social et économique. Pour preuve, la filière coton représente au Mali :

- 6345 villages ;

- 175.000 exploitations de coton ;

- 56 % de la production au Mali (mil, maïs, sorgho) ;

- 4 millions de têtes de bovins, d’ovins et de caprins ;

- 200 milliards par an soit 8% du PIB ;

- 30 à 40 % de recette d’exportation ; - 4 millions de personnes vivent directement de la filière coton.

C’est ce secteur vital de l’économie nationale qui passera dans des mains des prédateur des biens d’autrui ; plongeant du coup notre pays dans une profonde crise de société ; des licenciements massifs des travailleurs, l’accentuation de la situation d’appauvrissement et de surendettement des couches rurales, du chômage et de l’immigration forcée des jeunes dans les enclaves de Ceuta et Melilla, de la famine.

En dépit de la mauvaise gestion orchestrée par l’Etat dû au laxisme, à la corruption et à l’absence de l’autorité de l’Etat, la CMDT doit rester sous le contrôle de l’Etat malien en valorisant les alternatives de réforme des services publiques proposées par les organisations syndicales et les mouvements sociaux populaires et auxquelles reste sourde la Banque mondiale , ses multinationales et ses élites décideurs corrompues.

En effet, le Mouvement des Sans Voix, à travers cette déclaration, attire l’attention des honorables députés (Représentants du Peuple) à prendre en compte l’intérêt du peuple malien d’aujourd’hui et de demain, en rejetant ce projet de loi qui porte atteinte à notre souveraineté et assujetti d’avantage notre peuple aux intérêts égocentristes de l’agro-busines, des multinationales et d’un petit groupe d’élites privilégiées.

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général

Tahirou BAH


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 331757

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mali   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License