No-Vox

Pourquoi les Dalits participent-ils au forum social mondial – Mumbai ?

(Extraits et résumé de la Newsletter du NCDHR)

lundi 2 octobre 2006

1- Un mot d’ordre « Un autre monde doit être construit »

Tout comme les No Vox lors de leur déclaration de Mai 2002, après le Forum social mondial de Porto Alegre de 2002, les « DALITS » insistent sur le caractère non seulement « possible d’un autre monde, mais « nécessaire.

Les Dalits on décidé d’une marche venant des quatre coins d’Inde intitulée « Marche nationale des Dalits pour l’affirmation de leurs droits ». Cette marche revendique les combats suivants :

- s’opposer en masse aux projets de destruction des Dalits par le marché, le système des castes et les forces communautaristes.
- affirmer leur identité comme peuple,, leur droit à la vie et à la sécurité comme citoyens.
- revendiquer leurs droits en tant que communauté contre les assauts de la mondialisation libérale, droit à gagner leur vie.
- affirmer la dignité de la femme Dalit.
- exiger une société qui offre des droits aux enfants Dalits, et notamment le droit à un avenir.
- affirmer la singularité du peuple Dalit, leur place dans l’histoire de l’humanité, contre les forces fondamentalistes Brahmanes et le nationalisme indien.

Tout ceux qui en Inde ou dans le monde souffrent de violations de leurs droits économiques, sociaux et culturels, sont des partenaires naturels des Dalits dans cette marche de libération.

1- Objectifs de la Marche des DALITS

La marche revendique sa filiation avec les luttes entreprises par Dr. B.R. Ambedkar et fait très clairement le lien avec les combats altermondialistes.

• Maintenir la fierté et la dignité des Dalits en réaffirmant le pouvoir des Dalits dans les conseils locaux (« panchayats »), au niveau national et international.

• Concentrer les énergies des différents mouvements Dalits afin de devenir une force de libération pour les Dalits et tous les autres Indiens ;

• Souligner le caractère prioritaire des droits économiques, sociaux et culturels des Dalits et autres peuples en Inde et demander à l’Etat Indien la mise en place de droits à gagner sa vie.

• S’unir avec les forces démocratiques, laïques et progressistes (« socialist ») pour combattre les politiques de l’Etat Indien contre les peuples, la domination de certaines castes et classes sociales, certaines institutions internationales au service de la mondialisation des marchés.

• Exiger la mise en place d’un gouvernement prenant en considération la condition des peuples, au niveau national et au niveau local (« panchayat ») et garantissant la participation active des Dalits.

• Favoriser les liens entre les différents peuples d’Asie du Sud souffrant des mêmes conditions de vie que les Dalits.

• Créer des partenariats avec les organisations du monde entier de défense des droits humains qui mènent une lutte contre l’économie de marché, la militarisation, le communitarisme, le fondamentalisme, le système des castes et le patriarcat.

2- Pourquoi les Dalits participent-ils au FSM ?

Par ailleurs, la progression du secteur privé au détriment du secteur public diminue mécaniquement le nombre d’emplois réservés aux Dalits dans les administrations. La privatisation de l’éducation a aussi eu comme conséquence l’exclusion progressive des Dalits, à travers notamment l’augmentation des frais d’inscription (situation comparable au système des « Gurukulas » hindous qui privaient de fait les Dalits de l’accès à Après des discussions qui ont duré plus d’un an sur la légitimité d’une participation des Dalits au processus de construction du FSM de Bombay, les différents mouvements de Dalits ont opté en faveur de cette participation. En effet, depuis 10 ans la situation des Dalits a grandement empiré, alors que jusque dans les années 80 l’Etat Providence Indien avait permis une redistribution favorable aux Dalits. Cette situation est notamment attribuée aux conséquences des exigences des plans d’ajustement structurels contractés par le gouvernement indien : recul de la politique sociale, protection et soutien minimaux en termes de droit à la terre, à l’éducation et à l’emploi, privatisation des services publics. l’éducation). Bien sûr, comme dans nos pays certains intellectuels ou économistes vantent les soi-disant « opportunités » liées à l’avènement de l’économie de marché, même pour les Dalits. Cependant, dans ce système-là, les classes les plus privilégiées correspondent aussi aux castes les plus élevées de la religion hindoue (« Brahmanes et « Baniyas »).

Dans le domaine de l’agriculture, les Dalits sont aussi discriminés par une exclusion volontariste ou passéiste (les Dalits peu informés de leurs droits ne réclament pas leurs dus) de la redistribution des terres, malgré les dispositions des actes de la « réforme agraire » indienne. Cette exclusion est l’un des piliers de la paupérisation des Dalits qui les maintien dans l’impossibilité d’agir politiquement. Le gouvernement de l’Inde favorise, out comme dans nos pays, une « dé-paysannisation » de l’agriculture au profit d’une agriculture intensive et industrielle détenue par de grandes firmes agroalimentaires.

Par ailleurs l’augmentation du nombre d’agressions faites aux Dalits est intimement liée à l’aggravation de leur situation économique et de leur dépendance vis-à-vis des propriétaires terriens ou employeurs.. Comme ils l’ont fait savoir lors du Forum social asiatique, les Dalits se positionnent en faveur de réformes si celles-ci ont pour but de détruire le système de castes et la pauvreté.

Malgré leurs divergences de points de vue et de méthode d’action, les organisations de Dalits pensent que le FSM est l’un des meilleurs lieux pour échanger avec d’autres peuples opprimés (Sri Lanka, Nepal, ou Japon) leurs expériences et stratégies de lutte. Le respect de la diversité, le respect des divergences d’opinions, et l’espace ouvert proposés par le Forum Social Mondial, ainsi que l’objectif affirmé de défier le système néolibéral mondial font de Mumbai 2004 une étape importante de la lutte des Dalits pour une société plus démocratique, plus juste et respectueuse de l’environnement.

« Another world is possible where equity, unity and diversity prevails » Un autre monde équitable, uni et divers est possible

La marche des Dalit (intouchables) a commencé le 6 décembre (journée des Dalits dans toute l’Inde) de 4 points

1- Jammu 2- Delhi 3- Kolkatha 4- Kanyakumari

L’entrée dans l’Etat du Maharashtra se fera aux dates et par les villes suivantes, respectivement

3- Informations Pratiques lors de la marche

1- Dhanu - 10 janvier 2- Ghondia - 5 janvier 3- Chandrapur - 6 janvier 4- Sholapur - 7 janvier

L’arrivée est prévue conjointe le 15 janvier à Mumbai.

4- Les Dalits pendant le forum

• Seminar : Impact of Globalisation on Caste and Descent based communities • Round Table1 : Strategies to counter the impact of globalisation and communalism on Dalits • Round Table 2 : Inter-sectoral discussion : Building alliances to face challenges possed by globalisation • Workshop : Land, water and globalisation : impact on Dalits

5- Contacts Organisateur : National Campaign on Dalit Human Rights desk4forum@hotmail.com

6- Information supplémentaires

Site National Campaign on Human Rights http://www.dalits.org

Newsletters sur les marches en cours http://www.dalits.org/wsf_dsrrallyu...

Article de l’Unesco : Inde : un apartheid caché http://www.unesco.org/courier/2001_...

CCFD : L’inde aujourd’hui http://www.ccfd.asso.fr/evenements/...

Frères des hommes : Programmes en Asie http://www.france-fdh.org/sud/asie.htm

Monde Diplomatique : L’Inde entre les mains du nationalisme hindou (Christophe Jaffrelot) http://www.monde-diplomatique.fr/19...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 320551

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Inde   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License